expert advice / escalade alpine

LES DIFFERÉNTS TYPES D'ESCALADE

1. Via ferrata - Qu'est-ce qu'une via ferrata ?

Les régions italiennes du Tyrol du Sud, du Haut-Adige et de la Vénétie abritent certaines des meilleures via ferrata au monde (littéralement « voie ferrée » en français). Ces routes de montagne sont équipées d'échelles fixes, de câbles en acier, de points d'ancrage et de ponts suspendus offrant un accès aux grimpeurs et aux randonneurs en bonne forme physique, mais n'ayant pas nécessairement une grande expérience dans le placement d'équipement de protection mobile comme les sangles, les friends et les coinceurs, ou encore dans l'assurage ou la gestion de la corde. Mais bien que les via ferrata ne présentent pas les risques associés à la grimpe sans protection, certaines d'entre elles mènent jusqu'au sommet de hauts massifs et requièrent une certaine expérience. La première via ferrata de Cortina d'Ampezzo, Ra Šàra del Minighèl (l'échelle de Minighel), est l'une des plus anciennes des Dolomites. Créée par un forgeron local en 1907, elle s'élève à 80 mètres au-dessus d'une paroi rocheuse apparente à Majarié (el Souta del Majarié) dans la région du Val Travenanzes. Cette région fût également le terrain de certaines des batailles les plus intenses de la Première guerre mondiale, durant laquelle les via ferrata furent utilisées pour le déplacement et l'approvisionnement des troupes le long de la frontière italo-autrichienne. Il existe toujours de nombreuses ruines, tranchées, grottes et tunnels creusés par les soldats.

2. Qu'est-ce que l'escalade sportive ?

Pour beaucoup, l'escalade en salle se suffit à elle-même. En réalité, ce n'est que le point de départ d'une aventure. Les installations en intérieur offrent un environnement propice à l'entraînement, mais l'escalade est un sport d'extérieur où d'autres facteurs entrent en jeu, comme la gestion de la corde, les conditions météorologiques, l'éthique, la nature de la roche et les environnements naturels.
Dans la plupart des cas, l'escalade sportive en extérieur nécessite un premier de cordée. Celui-ci place des dégaines (deux mousquetons non verrouillés connectés par de la toile) dans des chevilles pré-positionnées le long de la route, clipse la corde durant l'ascension et crée un point d'ancrage au sommet. Dans certains secteurs d'escalade extérieurs, il est également possible de grimper jusqu'au sommet du point d'ancrage, placer la corde puis de partir en moulinette sur la route. Nous recommandons également d'apprendre à déséquiper un point d'ancrage de moulinette en toute sécurité. La moulinette est un bon moyen de faire des séquences de bloc ou de réaliser des longueurs afin d'acquérir de l'endurance aérobique. Plutôt que de mettre l'emphase sur la destination ou l'arrivée au sommet, l'escalade sportive nécessite principalement des mouvements de forte intensité et met l'accent sur l'aspect physique ou la difficulté que présente la grimpe. L'escalade sportive peut se pratiquer sur des voies d'une longueur, assurée depuis le sol, ou bien des voies multi-longueur.

3. Qu'est-ce que le trad ?

Le trad ou escalade traditionnelle mise sur l'aventure et l'exploration. Elle se pratique en extérieur avec un équipement amovible pour vous protéger des chutes. Le dernier membre de cordée déséquipe la route en retirant toutes les protections au fil de l'ascension. Durant le placement de ton propre équipement (comme les sangles, les coinceurs et les friends), le défi mental, l'autonomie et la responsabilité individuelle sont mis en avant. Le trad requiert des connaissances techniques sur l'installation de l'équipement, l'escalade de points d'ancrage et la gestion de la corde. Puisqu'il n'y a pas de chevilles et que tu emmènes ton propre équipement, ton ascension ne laissera aucune trace, surtout si tu utilises très peu de craie.

Escalade sportive vs. trad

À bien des égards, l'escalade sportive est plus accessible que le trad, à la fois en matière d'équipement et de compétences. Les grimpeurs sportifs n'ont pas besoin de transporter et d'installer leur propre équipement, puisqu'ils utilisent des chevilles fixes. Cela permet au premier de cordée de progresser vers le haut sans avoir à transporter tout un équipement de protection ou à chercher où placer son équipement, contrairement au trad. Les compétences apprises sur la paroi se transfèrent facilement à l'escalade sportive, le plus souvent sur des secteurs rocheux accessibles et à proximité. Avec l'escalade sportive, il arrive souvent de grimper jusqu'à sa limite et de tomber, souvent fréquemment, lorsque tu essaies de réaliser une séquence. Cela diffère du trad, pour lequel il faut généralement être plus prudent lorsque tu tombes d'un point d'ancrage.

5. Qu'est-ce que l'escalade glaciaire ?

Givre, froid glacial et cascades gelées, l'escalade glaciaire est l'un des types de grimpe les plus intenses qui existe. Les Dolomites sont bien connues des grimpeurs d'été ; en revanche, l'escalade en hiver est toute aussi impressionnante. Partout on trouve des cascades de glace, de tous les types et de toutes le longueurs, situées dans les paysages les plus spectaculaires d'Europe, comme Val Gardena et Val di Fassa.

Nos meilleurs conseils pour l'escalade glaciaire :

  • Être le premier de cordée en escalade glaciaire, ce n'est pas pareil que pour l'escalade sportive. Une chute peut causer rapidement des blessures graves. Adopte la bonne mentalité et reste concentré.
  • Il n'existe pas de terrain d'escalade glaciaire facile à pratiquer. Que la glace soit abrupte ou non, le danger de chute reste le même. Ceci dit, une chute arrivera. Assure-toi d'avoir le bon matériel. Tu peux également t'entraîner à tomber sur une moulinette.
  • N'oublie pas de respirer. Découvre ce qui peut t'aider à te détendre pour une grimpe plus efficace et une meilleure utilisation de tes réserves, par exemple en évitant de trop t'accrocher à tes outils.
  • Étudie ta route au préalable, fais des choix stratégiques, par ex. où se trouve le crux, où tu peux te reposer, où tu peux installer ton équipement. Consulte les guides et discute des conditions avec les gens du coin.
  • Les conditions sont essentielles. Les changements radicaux de température, notamment une chute du mercure, peut rendre les cascades de glace fragiles et instables. Un refroidissement plus progressif sur plusieurs jours et des vagues de froid plus stables sont préférables. Mais il ne s'agit que d'une théorie. Ce qu'il te faut, c'est de l'expérience pratique.
  • Ralentis. La vitesse ne fait pas tout. Positionne bien tes pieds. Verrouille bien ta position. L'escalade glaciaire mise sur le contrôle, pas la précipitation. Assure-toi que chaque équipement est parfaitement installé. Déplace-toi avec assurance et en suivant les bonnes techniques.
  • Ne sois pas trop optimiste. C'est en évaluant correctement la situation que tu iras loin. Et que tu ne prendras pas de risques.
  • Mieux vaut descendre que chuter. Si ton rythme cardiaque est trop élevé, clipse une sangle sur ton équipement et repose-toi. Encore mieux, descend sur une vire ou bien quelque part où tu peux t'arrêter, respire et reprends tes esprits. Forcer en espérant que les choses s'améliorent, c'est rarement une bonne idée.
  • Fais preuve de respect. L'escalade glaciaire doit être une expérience agréable et sans risques pour tous. Les chutes de glace provenant des autres grimpeurs fait partie intégrante de l'escalade glaciaire. Si tu es touché, tu pourrais perdre conscience ou être gravement blessé. Tiens-toi à l'écart des autres grimpeurs.
  • Trouve quelqu'un qui peut t'apprendre des choses, comme un mentor ou un instructeur. Pratique la moulinette, fais des longueurs, acquiers de l'expérience et des compétences.
  • Apprends à rester au chaud, en portant plusieurs épaisseurs tout en évitant la surchauffe.
  • La peur n'a rien de bon. Seul le plaisir compte. Ne prends pas de risques. Si tu ressens de la peur, c'est probablement un signe que tu es dépassé par la situation.

HAUTE DE PAGE

4. Qu'est-ce que l'escalade alpine ?

À l'instar de l'alpinisme, l'escalade alpine peut être très éprouvante physiquement et mentalement, car on passe de nombreuses heures à grimper et à descendre d'une montagne dans des conditions difficiles, avec son équipement d’escalade sur le dos. Cette pratique nécessite un niveau de compétence élevé, notamment en matière de gestion de corde et de technique de sauvetage. Mais toutes ces difficultés sont compensées par le sentiment de réussite à la fin d'une route.
Passer de la grimpe du week-end à de longues routes alpines est un grand pas en avant, même pour les grimpeurs les plus compétents. Acquérir de l'expérience, faire preuve de bon sens et suivre son instinct : c'est le nerf de la guerre. Il est important de grimper léger, de se déplacer rapidement et de veiller sur ses partenaires. N'aies pas peur de tirer sur ton équipement pour venir à bout d'une section difficile. Parfois, il faudra oublier ton éthique de grimpeur libre pour atteindre le sommet avant la tombée de la nuit ou avant que les conditions n'empirent. Fais preuve d'humilité et de prudence, grimpe en ayant conscience de tes capacités, et apprends à abandonner avec grâce. Il faut savoir écouter ses compétences et faire preuve de bon sens pour abandonner une route au bon moment, même si cela implique de laisser son équipement derrière soi. Et n'oublie pas ton casque, ou ta lampe frontale.