Anna-St-hr-main

Évolution

#ATHLETESTORY #PUREMOUNTAINGIRLS

J'ai démarré l'année 2019 sur les chapeaux de roues. J'ai escaladé mes voies les plus difficiles jusqu'à présent : « Riflessi » et « Cinque Uve », cotées 8c. Mais le plus important, c'est que j'ai enfin retrouvé la santé.

L'année dernière a marqué mon année la plus dure en termes d'escalade. En février 2018, je me suis blessée au dos et j'ai dû renoncer à l'escalade pendant un long moment. J'avais connu de nombreuses blessures auparavant, mais cette fois-ci, la situation était différente. Alitée, incapable de marcher, je me suis rendue compte à quel point mon kiné avait raison : je devais changer quelque chose afin de retrouver la santé. Je voulais participer aux championnats du monde d'Innsbruck, mais avant tout, je souhaitais continuer à pratiquer l'escalade pendant encore longtemps. J'ai donc pris la décision difficile d'arrêter la compétition, car l'impact des descentes en rappel était loin d'être idéal pour mon dos. Je voulais prendre le temps nécessaire pour que mon corps puisse guérir. Cette décision était tout sauf facile. Ma première tentative de reprise s'est avérée un désastre. Je manquais de confiance et avais l'impression de ne plus être moi-même. L'escalade m'a toujours semblé tellement naturelle et, d'un seul coup, cette sensation avait disparu. J'ai essayé de procéder étape par étape et j'ai eu la chance de bénéficier du meilleur soutien possible de la part de mon petit ami Kilian, de ma famille, de mes amis et de mes kinés.

Avance rapide jusqu'en février 2019 : L'ascension de la « Riflessi » a été véritablement spéciale car, pour la première fois en presqu'un an, je n'ai pas du tout pensé à mon dos. Je me suis uniquement concentrée sur le geste à venir, la prochaine prise et j'ai escaladé en suivant la cadence. Je n'ai même pas entendu les encouragements de mes amis. Ce sentiment de pure concentration est unique et ne se produit que lorsque j'accorde une importance extrême à quelque chose. C'est un sentiment que j'avais déjà ressenti lors des compétitions et des blocs en extérieur, mais jamais lors de l'escalade sportive. J'ai été vraiment heureuse lorsque j'ai relié les chaînes de cette voie magnifique à Arco, qui marquait un tournant après ma blessure.

Tant de choses avaient changé depuis. Mon dos n'est pas encore entièrement guéri et mes sensations ne seront peut-être plus jamais les mêmes. Mais chaque blessure est une opportunité d'évoluer. Je ne serai peut-être jamais plus en mesure de grimper autant qu'avant, mais j'ai la chance que l'escalade soit un sport qui présente de nombreux aspects différents. Lors d'une escalade sportive ou en grande voie, l'impact en se laissant tomber est bien moins préjudiciable pour le dos que pendant l'escalade de bloc. Forcément, j'avais grimpé à la corde un nombre infini de fois avant cette blessure et j'étais déjà intéressée par d'autres facettes de l'escalade. Désormais, j'ai hâte d'explorer ces formes d'escalade plus intensément.

Qui plus est, il y a encore tellement d'autres sites d'escalade dans le monde. Après presqu'une année passée sans accomplir de grand voyage, j'ai envie de partir à l'étranger à la découverte de différentes cultures et de nouveaux sites d'escalade. Cette blessure m'a forcée à envisager l'escalade sous un nouvel angle et m'a mise au défit d'évoluer en tant que personne et en tant que grimpeuse. L'escalade sportive et en grande voie sont donc un moyen pour moi d'évoluer. Je veux pratiquer l'escalade sous toutes ses formes, dans différentes régions et j'ai déjà de nombreux projets à l'esprit.

Anna-2
Anna-3
Anna-2rSKFHQC3jthKT