tommy_friedrich_top_banner tommy_friedrich_top_banner

Interview de Thomas Friedrich - Préparation du projet X-Alps

#ATHLETESTORY

L'année de Tommy Friedrich se déroule bien. Malgré l'absence de courses en raison du Corona, il s'entraîne intensivement et a les yeux rivés vers l'avenir. Nous avons fait le point avec lui suite à l'impressionnante 3e place ex-æquo qu'il a remportée cette année lors de l'Eigertour, course de randonnée et vol, et en avons profité pour lui poser quelques questions.

Quel type d'entraînement pratiques-tu en ce moment ?
Je fais beaucoup de parapente cross-country et j'exerce mon endurance. Pour la résistance, je m'entraîne 5 à 6 jours par semaine, je cours, je fais du vélo et de la randonnée avec mon planeur. Je me suis acheté un turbo trainer avant le confinement, ce qui tombait à pic, mais je préfère faire du vélo en plein air. Pour le moment, je m'exerce peut-être 50 % à pied et 50 % à vélo. Je suis également un programme d'entraînement fractionné et je m'entraîne toujours à l'aide d'un cardiofréquencemètre. Mais tout dépend, car lorsque les conditions météorologiques le permettent, j'essaie de passer le plus de temps possible dans les airs. En hiver, je fais beaucoup de ski de randonnée.

Avec qui t'entraînes-tu ?
J'aime m'entraîner en compagnie d'amis - cela me permet de me motiver. Je m'entraîne avec Simon Oberrauner, mon ami et coéquipier Salewa que j'ai soutenu lors de la dernière course Red Bull. Mais je m'entraîne aussi beaucoup tout seul - j'aime le silence.

Tommy, tu as dit une fois que ton plus grand rêve serait de concourir lors du Red Bull X-Alps. On sait que tu espères aujourd'hui pouvoir te présenter à l'édition 2021. Que ressens-tu à propos de la course de l'année prochaine ?
Oui, c'est exact. L'annonce sera faite à la fin du mois d'août. L'X-Alps est la course de randonnée avec vol la plus importante qui soit. Il n'y a rien de comparable alors, évidemment, on se sent nerveux. Il y a tellement de différents facteurs tactiques qui entrent en ligne de compte, comme la manière d'évaluer les conditions météorologiques et de choisir ses points de décollage. On ne sait jamais comment les choses vont se dérouler.

Qu'est-ce qui t'inspire le plus en ce moment ?
Sans hésiter, je dirais rencontrer des gens et survoler de nouveaux endroits. J'admire beaucoup ce que fait Kílian Jornet. J'aime venir voler dans les Dolomites, surtout en automne. C'est un terrain de jeu incroyable. Dernièrement, j'ai eu la chance de me rendre à Chamonix. Nous avons escaladé le Mont Blanc jusqu'à 3 800 mètres et sommes redescendus en volant - c'était cool. Nous nous étions déjà préparés en effectuant quelques excursions auparavant.

Et les compétitions ?
L'Eigertour s'est bien passé. J'ai vécu de nombreux moments magnifiques, même si certaines fois les conditions se sont montrées vraiment éprouvantes - j'ai sorti et rangé mon planeur tellement de fois. Maintenant, j'attends impatiemment la Dolomiti Superfly. À l'issue de cette course de 7 jours, se succéderont les événements en équipe, comme la Dolomitenmann à Lienz ou la Rise&Fall à Mayrhofen.

Quel est ton endroit préféré pour voler ?
Mon endroit préféré pour voler est Schöckl, une montagne autrichienne située à environ 15 kilomètres au nord de Graz, où j'ai grandi. C'est un peu comme mon jardin. En Autriche, on dit « dahoam is holt dahoam » (on se sent toujours chez soi à la maison).

Quelle est ta configuration de voile préférée pour le moment ?
Je vole avec un planeur D-class Skywalk X-Alps4 , ultra-léger et très performant.

Thomas Friedrich

Y a-t-il un autre équipement que tu apprécies particulièrement d'emporter avec toi en montagne ?
Je suis un peu un accro de l'équipement et j'aime avoir un équipement qui soit le plus léger possible. À l'heure actuelle, ma veste préférée est la veste Pedroc TirolWool® Responsive®, car elle est chaude, très légère et compressible. Sans oublier le sweat à capuche entièrement zippé Pedroc Polartec® Power Grid™, qui constitue une couche intermédiaire vraiment intéressante, même si je le porte parfois à même la peau tellement il est confortable. Et j'emporte toujours un bonnet fin qui tient sous mon casque. Mon sac préféré est sans hésitation le sac à dos SALEWA Hike X-Alps, conçu par Paul Guschlbauer.

Combien pèse ton sac ?
Lorsque je m'entraîne, mon sac qui contient ma voile et mes vêtements pèse environ 7 kilos. Lors de l'X-Alps, on doit transporter tout un inventaire d'équipement de sécurité et notre sac pèse généralement aux alentours de 10 kilos.

Quel type de nourriture transportes-tu en montagne ?
J'emporte généralement des barres et gels, mais si je sais que je pars plus longtemps, j'aime bien aussi cuisiner ou précuire quelque chose à la maison. Le plus souvent des pâtes. J'adore les pâtes.

Quelles sont tes chaussures préférées pour la randonnée et le vol ?
Mes chaussures préférées sont les Ultra Train. Elles sont légères, tout en offrant un bon amortissement et maintien.

Quel rôle joue la gestion du risque dans ce que tu fais ?
En parapente, comme dans la plupart des sports d'extérieur, elle joue un rôle important. La marge de manœuvre entre se dépasser pour s'améliorer et trop se dépasser est très petite.

Comment gères-tu l'anxiété ?
Je pense qu'il est vraiment important de pouvoir reconnaître la peur afin de savoir lorsqu'on va trop loin. Mais avoir trop peur peut être un frein à la concentration. Quand vous vous trouvez en mauvaise posture dans les airs, il ne faut surtout pas céder à la peur. Il suffit de se concentrer. Il vaut mieux y réfléchir a posteriori pour passer ses erreurs en revue.

Quel rôle joue ta famille ?
Ma famille est très importante pour moi. Elle me soutient beaucoup, ce qui m'apporte énormément de force et d'énergie.

tommy_friedrich_slider tommy_friedrich_slider