HeaderY02Sj09nsxTfy HeaderY02Sj09nsxTfy

THOMAS FRIEDRICH

Thomas Friedrich relate sa première Eigertour

#ATHLETESTORY

L'Eigertour 2020 est terminée. J'ai fini troisième en compagnie d'Hanes Kämpf , mais je pense que le plus important c'est que j'ai passé quatre jours incroyables au beau milieu de ce paysage impressionnant qui entoure Grindelwald, j'ai beaucoup appris et rencontré tellement de nouvelles personnes et amis. Le premier jour s'annonçait plutôt bien : J'ai rejoint le premier point de décollage de bonne heure et j'ai pu prendre de l'altitude et voler en compagnie de Chrigel jusqu'au premier refuge, le Faulhornhütte. Nous avons redecollé et nous sommes dirigés droit vers le Schilthornhütte, où j'ai également pu atterrir et repartir peu de temps après Chrigel, Hanes et Sepp, qui ont formé une équipe et mené la course. Au virage suivant, Niesen, les paramètres thermiques n'étaient pas très bons en raison de l'ombre omniprésente. J'ai dû atterrir puis poursuivre mon ascension à pied. J'ai insisté un peu et j'ai rattrapé Stanislav Mayr et Stevie en route, qui avaient atterri un peu plus haut. Dans la soirée, les paramètres thermiques étaient redevenus bons et nous avons pu parcourir une certaine distance en direction de Wildstrubelhütte. Nous avons eu de la chance car l'itinéraire que nous avions choisi s'est avéré meilleur que celui que Chrigel, Sepp et Hanes avaient choisi auparavant. J'ai atteint Wildstrubelhütte en troisième position et y ai passé la nuit en compagnie de 9 autres pilotes qui avaient rejoint le refuge jusqu'à 20 h 30 ce jour-là.

Thomas flying

Les prévisions pour le lendemain étaient plutôt optimistes. Nous avons démarré à 6 h, avons randonné sur plusieurs mètres et avons plané ensemble en direction du prochain virage. Nous avons parcouru une bonne distance en mode vol-bivouac, en parcourant plusieurs mètres à pied, puis en nous laissant glisser, puis en marchant, et ainsi de suite. Chrigel, Sepp et moi avons pu nous désolidariser un peu du reste du groupe et avons atteint le refuge suivant en même temps. Nous nous sommes élancés et avons pu prendre de l'altitude ensemble et j'ai alors décidé de garder ma droite et je me suis trompé en empruntant la direction du mauvais refuge. Je me suis rendu compte de mon erreur assez rapidement, mais Chrigel et Sepp étaient déjà partis. J'ai rejoint le refuge suivant en compagnie d'autres pilotes qui, pendant ce temps-là, m'avaient dépassé. Les conditions n'ont cessé de s'améliorer et nous avons atteint quatre autre refuges rien qu'en atterrissant et en décollant à nouveau au milieu de ces belles montagnes majestueuses. Dans la soirée, les paramètres thermiques se sont assombris et j'ai dû atterrir et franchir les derniers mètres qui me séparaient de la gare d'Eigergletscher sur la terre ferme. J'ai redécollé et je me suis élancé en direction du Glecksteinhütte, où j'ai passé la nuit suivante. J'ai à nouveau rejoint le refuge en 3e position ce jour-là, mais une fois encore certaines personnes pouvaient atteindre le refuge jusqu'à 20 h 30.

Les prévisions pour le 3e jour avaient l'air plutôt optimistes au début mais, vers 14 h environ, des orages et de la pluie étaient attendus. Nous avons randonné un peu le matin puis avons décollé sur 400 mètres de hauteur sur une crête rocheuse qui surplombait le refuge. Le décollage était plutôt délicat : Stevie, Hanes et moi-même avons décollé et avons pu traverser l'espace aérien de Meiringen juste avant 7 h, car il était encore inactif. Nous avons survolé Innertkirchen en parapente et, dès lors, il nous restait 15 km et une ascension de 1 500 mètres jusqu'à Bächlitalhütte. Je marchais un peu plus vite que les deux autres gars et j'ai rejoint le refuge 2 h 40 plus tard, d'où j'ai décollé. Au bout de deux heures de vol dans des conditions vraiment éprouvantes, j'ai dû renoncer à une hauteur de 1 000 mètres car je ne volais pas suffisamment haut pour contourner la crête et ne pouvais pas survoler l'espace aérien de Meiringen. J'ai atterri 13 mètres avant le début de l'espace aérien et je me suis remis à randonner. J'ai dû accélérer sur le terrain afin d'atteindre le point de décollage avant qu'il ne se remette à pleuvoir. Et une fois de plus ce jour-là, j'ai eu la chance de me trouver au bon endroit au bon moment. J'ai redécollé et j'ai pu m'envoler assez haut et m'élancer en direction de Männlichenhütte. Encore 1 000 mètres de randonnée mais, suite à cela, j'ai eu droit à une bonne plâtrée de pâtes et ensuite, un autre vol en parapente pour redescendre vers Grindelwald en compagnie de Hanes qui avait atteint Männlichenhütte alors que j'avais terminé mon repas. Nous avons atterri à Grindelwald juste avant qu'il ne se mette à pleuvoir et il nous restait à peine plus d'une heure avant 20 h 30, heure à laquelle nous avons dû nous arrêter. Nous avons décidé de repartir et de randonner sur les 700 derniers mètres qui montaient jusqu'à Berghaus Bäregg, que nous avons atteint juste avant le repos obligatoire pour la nuit.

Les prévisions pour le 4e et dernier jour étaient très mauvaises : de la pluie jusqu'à 8 h 30 au moins. Nous sommes repartis à 6 h, avons descendu les 700 mètres en direction de Grindelwald sous une pluie battante et avons randonné les 1 300 derniers mètres jusqu'à Kleine Scheidegg, où Hannes et moi avons terminé la course ensemble en 3e position à 8 h 40.

En résumé, j'ai parcouru plus de 10 000 mètres en hauteur et 90 km à pied au cours de ces 4 jours et passé tellement de bons moments dans des conditions en partie difficiles, sans compter le nombre de fois où j'ai dû ranger et sortir mon planeur.

Tavola-da-disegno-3swdN0RcxJZ5jB Tavola-da-disegno-3swdN0RcxJZ5jB
Tavola-da-disegno-5gnieq69Z29J4F Tavola-da-disegno-5gnieq69Z29J4F